Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

:: Prévention ::

:: Recherches ::

20 mars 2003 4 20 /03 /mars /2003 00:00
La Maison Blanche présente sur son site internet les six points stratégiques autour desquels s’articule l’opération Liberty Shield (Bouclier de la liberté !) conçue pour répondre au niveau élevé du risque d’attaques terroristes (ou niveau orange).

Selon Washington, Liberty Shield est un plan national créé en vue d’augmenter les moyens de protection des Etats-Unis, prenant en compte la libre circulation des marchandises et des personnes et les implications économiques. L’opération nécessite la collaboration de nombreux ministères et agences gouvernementales.

Les six points stratégiques sont :
- Sécurité renforcée aux frontières;
- Plus forte protection des transports;
- Mesures contre les menaces de trouble de la nation;
- Plus grande protection des infrastructures critiques et des points stratégiques;
- Prévention accrue dans le cadre de la santé publique;
- Moyens de réponses au niveau fédéral prêts à l’emploi.

Dans le cadre du chapitre consacré à la plus grande protection des infrastructures critiques et des points stratégiques, quelques lignes sont consacrées à la cyber-sécurité."Surveillance" et "vigilance" deviennent le leitmotiv. Cet aspect de sauvegarde et de protection est réalisé par le Department of Homeland Security - DHS - (Ministère de la sécurité intérieure) en étroite collaboration avec les autres agences gouvernementales. Il s’agit de continuer à "prévenir les risques d’attaques terroristes, de cyber-terrorisme, de piratage informatique et de guerre de l’information d’Etat".

Il est précisé que tout internaute ou industriel constatant des activités inhabituelles ou des intrusions doit prévenir le DHS ou la juridiction judiciaire locale. La présence de la cyber-sécurité au sein de l’opération Liberty Shield en particulier et des plans de défense civile et militaire en générale, témoigne de l’importance que revêtent les réseaux informatiques dans la vie de tous les jours.

Rappelons que le mois dernier, l’administration Bush a rendu public la version définitive de The National Strategy to Secure Cyberspace élaborée par Richard Clarke, conseiller spécial du Président en la matière.

Par ailleurs, le National Infrastructure Protection Center (NIPC) dirigé par l’amiral Jim Plehal (le NIPC a pour mission d’aide au gouvernement américain dans les domaine de l’évaluation, de l’avertissement, de la recherche, et de la réponse aux menaces ou aux attaques contre les infrastructures américaines sensibles) a été absorbé par le DHS depuis le 1er mars.

La cyber-sécurité est un véritable élément stratégique de défense comme l’a mis en évidence une dépêche de l’agence Reuters le 4 mars dernier : les infrastructures énergétiques américaines seraient une cible des hackers ! Ainsi, selon Abbie Layne du Département de l’Energie, "si nous perdions cette infrastructure, nous aurions de graves dommages au plan économique". Rappelez-vous des problèmes d’électricité en Californie il y a quelques années : panique des citoyens, répercussions économiques...


Cet article a été également publié sur le site de l'Association Francophone des Utilisateurs du Net (AFNET)


Partager cet article

Repost 0
Published by Cyberpolice - dans Cyberpolice
commenter cet article

commentaires

:: Actualités ::