Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

:: Prévention ::

:: Recherches ::

24 septembre 2001 1 24 /09 /septembre /2001 00:00
Les attentats du 11 septembre dernier ont pris au dépourvu les services de renseignement américains. Le FBI est surnommé "Famous But Incompetent" (célèbre mais incompétent), et la critique enfle, accusant les as de l’espionnage outre-Atlantique d’accorder trop de place à la technologie au détriment des hommes. Dans son édition du 19 septembre, le Los Angeles Times soutient que si les Etats-Unis sont en train de perdre une guerre contre le terrorisme, c’est celle très technologique du cyber-espace.

Les Américains dépensent des milliards de dollars dans le renseignement technologique. La NSA (National Security Agency) surveille les informations provenant de sources aussi variées que la radio, la télévision, le téléphone ou Internet. Mais les experts, tel Jeffrey Hunker, un ancien du Conseil national de sécurité, considèrent que les agences de renseignement peinent à suivre le rythme des changements technologiques.

L’an dernier, le système informatique de la NSA est tombé en panne durant trois jours à cause de logiciels trop anciens et surchargés. L’affaire aurait pu avoir des conséquences pour le centre nerveux de la sécurité nationale, devenue pratiquement aveugle.

Face au cyber-terrorisme, l’analyse du quotidien de la côte ouest est inquiétante. Dans plusieurs domaines, la NSA perd du terrain ou manque de moyens. De plus en plus de communications passent par les fibres optiques. Or, à la différence des communications par onde, l’espionnage moderne suppose de se connecter directement aux lignes, procédure complexe. La NSA ne semble pas en mesure, non plus, de lutter efficacement contre les messages cryptés. Or certains spécialistes estiment que les réseaux terroristes de Ben Laden auraient utilisé de tels messages pour les opérations du 11 septembre. Enfin, chaque jour, la NSA collecte un volume de données équivalent à celui contenu dans la bibliothèque du Congrès, l’une des plus vastes du monde. Selon le Los Angeles Times, le personnel est insuffisant pour traiter une telle masse d’informations.

La bataille est-elle sur le point d’être perdue ? Le département de la défense reconnaît que chaque année des centaines d’intrusions ont lieu dans ses réseaux. Brian Dunphy, un ancien du réseau de sécurité du département de la défense, admet que les dégâts sont pour l’instant limités. Mais il prévient : "Les infrastructures critiques pour notre pays sont à la fois connectées au réseau public et vulnérables. Elles sont ouvertes aux terroristes opérant n’importe où dans le monde, avec motivation et compétences." Des qualités qui ne semblent pas avoir manqué aux auteurs des attentats de New York et de Washington.

Source : Le Monde

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyberpolice - dans Cyberterrorisme
commenter cet article

commentaires

:: Actualités ::