Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

:: Prévention ::

:: Recherches ::

20 février 2003 4 20 /02 /février /2003 00:00
Les Etats-Unis envisagent de recourir à des attaques informatiques visant à paralyser ou contrôler les réseaux ennemis, notamment dans le cadre d’un conflit avec l’Irak.

Ce serait la première fois que les Etats-Unis, qui essayent de renforcer leurs défenses contre des attaques sur Internet et le cyberterrorisme, utiliseraient ces techniques comme arme. Selon le Washington Post, le président George W. Bush a signé une directive secrète ordonnant au gouvernement de développer des techniques lui permettant, par exemple, de paralyser des radars ou des installations électriques. Un porte-parole du Pentagone, le lieutenant Gary Keck, s’est refusé à donner des détails, mais a déclaré que l’armée envisageait d’inclure de nouvelles technologies dans son arsenal.

“Quand un pays, un groupe terroriste ou d’autres adversaires lancent des cyberattaques contre les Etats-Unis, la réponse américaine ne doit pas être limitée à des poursuites pénales. Les Etats-Unis se réservent le droit de répondre de manière appropriée. Les Etats-Unis seront préparés à de telles crises”, affirme la Maison Blanche. Selon des experts, le recours à des cyberattaques permettrait de paralyser des ennemis avec des risques moindres de dommages collatéraux ou de victimes civiles qu’avec des bombardements. “L’un de nos objectifs est de minimiser le nombre des victimes civiles (...) alors si l’on peut attaquer une infrastructure importante sans la détruire complètement, cet objectif est atteint”, estime French Caldwell, un expert en cyberterrorisme au centre de recherche Gartner.

Selon les experts, il est possible de prendre le contrôle de mécanismes pilotés par ordinateur comme les vannes des circuits de distribution d’eau, des gazoducs et des oléoducs ou encore les aiguillages des chemins de fer. Selon Bruce Schneier, expert pour la société Counterpane, spécialisée dans la sécurité sur Internet, des méthodes traditionnelles comme le brouillage radio et la destruction physique d’infrastructures seraient plus appropriées en Irak. “Si Saddam Hussein veut donner un ordre à un général, il ne va pas lui envoyer un courrier électronique”, estime-t-il. “L’Internet ne contrôle pas leurs missiles sol-air, pas plus que leurs généraux ou leurs armées”. Le document présenté par la Maison Blanche souligne la nécessité pour les Etats-Unis de protéger les réseaux informatiques qui assurent des fonctions vitales, tels l’électricité, les transports, les banques, les télécommunications, la santé publique, les services d’urgence, la distribution d’eau et les industries telles que la chimie, la défense, l’alimentation et l’agriculture.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyberpolice - dans Cyberguerre
commenter cet article

commentaires

:: Actualités ::