Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

:: Prévention ::

:: Recherches ::

21 octobre 2001 7 21 /10 /octobre /2001 00:00
Le premier attentat contre le World trade center en 1993, les attentats contre les ambassades américaines de Nairobi et Dar es Salam en août 1998 avaient mis en évidence la performance des réseaux islamistes pour échanger leurs informations. Une certitude s’était alors établie : l’utilisation d’Internet. La toile est devenue un vaste moyen de communication, de surcroît hors de contrôle.

Quelques heures après le 11 septembre, le FBI américain s’est donc aussitôt rendu auprès des fournisseurs d’accès, sans pour autant les convaincre d’ouvrir leurs fichiers... Dans l’urgence et l’émotion, le Congrès a aussitôt voté un texte "Combat contre le terrorisme ". C’est une première, la loi permet désormais au système de surveillance électronique, baptisé "Carnivore", d’être effectif en permanence. Enregistrement et stockage de toutes les données échangées par les utilisateurs, Carnivore ne pouvait, jusqu’à aujourd’hui, être activé sans la demande et l’accord préalable d’un juge. Aujourd’hui, la volonté politique est là : accéder à une transparence du réseau. En vue d’harmoniser les législations, le Conseil de l’Europe vient de s’entendre sur la 27ème mouture de la Convention Cybercriminalité. Au programme : limiter la cryptologie, réclamer la conservation des données de Transmission pendant sept années. Une demande expresse des Américains...Pour beaucoup d’organisations de défense des libertés individuelles, ces textes risquent de remettre en cause bon nombre de droits fondamentaux. Une polémique entre sécurité publique et liberté individuelle d’actualité est aussi née France. Le projet de loi sur la sécurité quotidienne s’est vu agréger en urgence quelques amendements. A "situation exceptionnelle, procédure inhabituelle", le ministre de l’Intérieur a d’emblée mis les choses au clair : "la lutte contre le terrorisme n’est jamais attentatoire aux libertés". Le gouvernement français entend donc lui aussi légiférer sur l’Internet, potentiellement dangereux ...

Ces amendements veulent en particulier faire obligation à tout prestataire détenteur des clés de donner les clés et de garder les données de transmission pendant un an. On le voit, la crainte des attentats est forte et les politiques européennes ont décidé de privilégier le droit à la sécurité sur tout autre considération.

Source : LCI

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyberpolice - dans Cybercriminalité
commenter cet article

commentaires

:: Actualités ::